Conclusion à la journée d’étude “Logiques hétérogènes et discours multiples dans les pratiques artistiques de la 2e moitié du XXe siècle”

Auteurs : Kevin Gohon & Gaëlle Debeaux

L’ensemble des communications de cette journée, toutes très riches et variées, a conforté certaines hypothèses initiales, mais a également fait émerger avec netteté des pistes d’exploration complémentaires.

Tout d’abord, la somme des interventions a permis d’établir une première caractérisation du multiple, des œuvres du multiple et d’une pensée du multiple, à travers différentes pratiques et différents médias. Sont ressorties en particulier les notions de variété et variation, souvent mises en regard : la multiplicité se traduirait par la création de systèmes non clos, visant à permettre une saisie momentanée du multiple sans le réduire à une fixité trompeuse. Un des enjeux semble alors être celui du classement, et de son impossibilité : à travers ces systèmes ouverts, ces procédés de combinatoire, les œuvres sont alors fondamentalement inachevées – inachevables. On peut encore associer à ces caractéristiques les notions d’épuisement, de prolifération et de potentialité – avec l’idée que les artistes cherchent souvent à traduire, de façon non artificielle, le mouvement de la vie, multiple et divers, chaotique : la multiplicité et l’hétérogénéité sont alors des façons de faire diverger les cadres, d’affaiblir les frontières.

Ensuite, on peut relever plusieurs points émergents :

  • La multiplicité semble régulièrement s’accompagner d’un travail de reprise, de commentaire voire d’auto-analyse, ouvrant vers un dédoublement en direct de l’œuvre : celle-ci refuserait de se donner d’un seul tenant, et déconstruirait ses propres fondations dans le temps où elle est mise en œuvre.
  • De même, la multiplicité a partie liée avec la mise en réseau et l’intertextualité : plusieurs auteurs phares ont régulièrement été cités pendant cette journée, comme Borges, Perec, Musil ou Melville, semblant circuler d’un artiste à l’autre comme parangons de la multiplicité. Une piste de réflexion a alors été ouverte, autour de l’enjeu de la reprise et du plagiat : dans les œuvres du multiple, les références circulent et sont réappropriées parfois implicitement, orientant la réflexion du côté des travaux de Kenneth Goldsmith par exemple.
  • Dans les œuvres du multiple, deux principes semblent s’affronter : celui du collage, et celui de la composition, séparés par l’enjeu de l’articulation de l’hétérogénéité au cœur du multiple. Plusieurs modalités d’expression du multiple peuvent alors être dérivées de cette dichotomie, depuis la juxtaposition jusqu’à la subordination, en passant par la coordination et la mise en relation. Comment l’œuvre configure-t-elle (au sens foucaldien du terme) le multiple ? Cherche-t-elle toujours à le faire ?
  • La perspective des mots du multiple, et plus précisément du style du multiple, paraît également riche. Plusieurs communications ont ainsi mis en relief des figures privilégiées pour dire le multiple (le labyrinthe, la forêt…), ainsi que des traits stylistiques récurrents : l’hyperbole, le polyptote, les figures de répétition ou de correction. De même, le terme de multiplicité a été rapproché de différents autres termes (pluralité, polyvocité) et il paraît nécessaire d’étudier les variations de sens attachées aux différents préfixes utilisés (multi-, pluri-, poly-).

Enfin, plusieurs communications ont traité, de façon implicite ou sous-jacente, le rapport de la multiplicité telle qu’elle s’inscrit dans les œuvres et d’une vision du monde : si le multiple devient une notion prégnante dans la seconde moitié du XXe siècle, c’est bien parce qu’il entre en écho avec une certaine façon de comprendre le monde et ses évolutions. Il paraît donc primordial de mettre en rapport la construction de cette notion et son contexte socio-politique d’émergence, afin de penser la multiplicité comme un outil éthique (et non comme un simple enjeu formel). C’est précisément l’objectif de la prochaine journée d’étude en cours d’organisation à l’horizon 2021, en partenariat avec Simon Marsan, membre du laboratoire Musidanse de l’université Paris 8


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.