Compte rendu de la 1e séance du séminaire “Pratiques du multiple et logiques hétérogènes”

Séance 1. Délinéarisation du récit et des discours

Auteurs : Kevin Gohon et Gaëlle Debeaux

Lors de la première séance du séminaire de recherche associé au programme Pratiques du multiple et logiques hétérogènes, l’enjeu de la (dé)linéarité narrative était à l’honneur. Ce dernier était en effet apparu, lors des discussions tout au long de la journée d’étude du 3 octobre dernier, comme un des effets les plus directs d’une mise en œuvre effective du multiple dans les productions littéraires et artistiques.

Cette première séance a été l’occasion pour nous d’inviter Sébastien Wit1, docteur en Littérature Générale et Comparée et auteur d’une thèse sur les Romans du hasard (Italo Calvino, Julio Cortázar, Philip K. Dick, Marc Saporta) récemment parue aux Presses Universitaires de Rennes (2019), afin qu’il partage avec nous les résultats de sa recherche, en creusant notamment les liens entre le hasard et le multiple.

(Non)Linéarité et hasard : fondements d’une question sensible

Sébastien Wit rappelle, en guise de préambule, que son corpus narratif – comprenant Composition n° 1 de Marc Saporta, Marelle de Julio Cortázar, Le Château des destins croisés d’Italo Calvino et Le Maître du Haut Château de Philip K. Dick – est entièrement contenu entre les années 1962-1973, soit une décennie fondamentale du point de vue des enjeux qui nous rassemblent. C’est, par exemple, la période pendant laquelle une théorisation de la postmodernité est construite, la caractérisant comme recherche de la dissémination, de la dispersion, de la différence (face à la continuité et la cohérence du modernisme). Comme le rappelle Brian McHale dans Postmodernist Fiction (1987), les œuvres postmodernes sont dominées par le paradigme de l’éclatement et du fragmentaire, pensé comme une réaction ou une transcription d’un monde perçu comme déchiré, qui aurait volé en éclats ; ce paradigme serait l’esthétique d’un monde qui a cessé de faire sens. Sébastien Wit propose alors d’aller plus loin dans l’interrogation : comment ces pratiques littéraires de l’éclatement et du multiple s’inscrivent-elles dans un moment particulier, la postmodernité, qui n’est pas que formel mais qui développe aussi un imaginaire ?

Une des pistes de réponse à ce questionnement fort réside dans l’exploration de l’usage littéraire d’instruments divinatoires (cartomancie, stichomancie, numérologie), compris comme des moyens de percer à jour le destin et de se réapproprier ce qui advient par le prisme de l’interprétation des résultats. La divination en général, et la cartomancie en particulier, perçues comme des pratiques populaires orientales plus qu’occidentales, peuvent alors être comprises comme des moyens transitoires, dès lors qu’elles sont utilisées dans le but de produire du récit, entre les pratiques du Surréalisme et l’usage de l’ordinateur ou de la machine. Plus encore, l’objet divinatoire permettrait de céder à l’arbitraire auctorial, de ne plus accorder la fonction d’auteur à l’écrivain mais à la machine.

Les quatre œuvres du corpus de travail de Sébastien Wit permettent de mettre en œuvre une véritable « poétique du hasard »2 face à la crise du genre romanesque et du logos aristotélicien – c’est-à-dire du linéaire. Composition n° 1, qui se présente sous la forme d’un livre dont les pages sont agencées aléatoirement, pages que le lecteur est invité à déchirer et mélanger pour produire un agencement narratif spécifique, correspond à un modèle kaléidoscopique. Marelle, quant à lui, offre au lecteur deux parcours distincts dans l’œuvre, l’un dans l’ordre des pages et s’arrêtant au chapitre 56, l’autre proposant, à la fin de chaque chapitre, de se rendre vers un autre chapitre du roman non nécessairement contigu, et offrant une lecture exhaustive ; le roman propose un véritable travail métapoétique. Le Château des destins croisés, qui rassemble en réalité deux récits autonomes (le « Château » et la « Taverne »), repose sur le parcours, par les personnages rendus muets, d’un tableau de cartes sur lesquelles ils lisent et « disent » leurs propres histoires, que le narrateur interprète ; tous les récits sont enchevêtrés et les tableaux de cartes sont accessibles au lecteur, tout comme les cartes spécifiques sur lesquelles s’appuient les personnages en cours de récit, dans les marges du livre. L’image y joue un rôle central, permettant dans son usage idéal de « donner l’information dans sa totalité immédiate ». Sébastien Wit précise alors que cette œuvre de Calvino, préparée pendant son séjour parisien et sa collaboration avec le groupe de l’Oulipo, marque le passage de la combinatoire (à la Queneau) à la sémantique (à la Perec) dans le groupe d’écrivains. Enfin, Le Maître du Haut Château offre un récit contrefactuel dans lequel le Yi King, objet divinatoire de l’extrême Orient, est utilisé par les personnages mais également par l’auteur pour produire son récit. Le texte des hexagrammes est lui-même reproduit dans le corps du texte, rappelant régulièrement la nature du texte lu et de sa fabrication.

À partir de ce corpus, Sébastien Wit construit une typologie, exposée dans son ouvrage, qui distingue la radicalité de la délinéarisation de l’objet-livre (Composition n° 1 étant le plus déconstruit), et la formalisation du procédé dans le récit (le lecteur expérimente-t-il réellement le hasard ?).

Refus de la linéarité et mise en cause du logos

Un des points les plus stimulants dans la proposition de Sébastien Wit repose dans l’idée qu’il faudrait séparer le discours artistique portant sur la non-linéarité, et le discours critique, qui vient régulièrement tempérer les partis pris auctoriaux quant à la radicalité du dispositif. Ainsi, Cortázar avec Marelle par exemple offre en réalité davantage une multilinéarité qu’une non-linéarité, mais cette dernière est revendiquée par l’auteur car elle permet de construire un contre-modèle esthétique s’opposant au logos caractéristique de l’héritage et de la pensée occidentale. Le logos correspondrait, chez Cortázar et d’autres écrivains d’Amérique du Sud, à un repoussoir esthétique, comprenant une certaine conception du langage, du discours, de l’œuvre d’art : il conditionne un format de récit imposé par l’Occident. Le choix du non-linéaire s’apparente alors à une posture postcoloniale de refus de la rationalité : il s’agit de rompre avec l’impérialisme occidental par un détour du côté de l’Orient ; la non-linéarité est vue comme une réponse à la discursivité occidentale, hégémonique, dominante.

En définitive, si la lecture est toujours linéaire, elle est toutefois autre, reconfigurée. L’objectif de ces productions narratives n’est d’ailleurs pas, comme le rappelle Sébastien Wit, le chaos total, le hasard complètement débridé. Le dispositif formel, c’est-à-dire le travail sur la matérialité du livre, est une façon de reconsidérer ou de repenser l’objet-livre. Or le corpus de travail se situe précisément à un moment charnière pour le medium livre, celui de sa mise en concurrence avec le numérique : on comprend alors pourquoi de nombreux auteurs de cette époque, dont les membres de l’Oulipo, ont eu une telle fascination pour le Moyen Âge, période d’apparition et de consolidation de l’objet-livre. De ce point de vue, la poétique du hasard permet de reconfigurer la forme de l’objet-livre. On pourrait alors suggérer que la divination est le modèle d’un « livre non relié ».

Perspectives

En clôture de sa présentation, Sébastien Wit a attiré l’attention du public sur l’influence de la pensée de Jung auprès des auteurs de la délinéarisation : en particulier, il a montré en quoi la notion jungienne de « synchronicité » (qui implique une coïncidence temporelle de deux ou plusieurs événements sans lien causal) pouvait s’avérer pertinente pour penser les rapports entre le hasard et le multiple. Ce point, sur lequel nous n’avons pu nous étendre mais qui a suscité beaucoup d’intérêt au sein du public, est développé plus largement dans le chapitre VI de l’ouvrage de Sébastien Wit.

Cette présentation a donné lieu à un échange passionnant et a permis de mettre en relief plusieurs aspects faisant avancer la réflexion qui nous occupe dans le cadre du projet Pratiques du multiple et logiques hétérogènes :

  • Les notions de synchronicité et de coïncidence méritent ainsi d’être explorées plus avant pour construire une pensée du multiple dans les pratiques artistiques modernes et contemporaines.
  • L’enjeu de la réception des œuvres du multiple, déjà abordé lors de la première journée d’étude, a de nouveau été évoqué, précisément autour de la possibilité concrète d’une expérience du non-linéaire pour le récepteur. La discussion a suggéré que la réponse elle-même était multiple et ne se jouait pas de la même façon selon les arts envisagés.
  • La présentation de Sébastien Wit met en avant une période charnière, celle des années 1960-1970, en littérature particulièrement, concernant la notion de « littérature expérimentale », étiquette sous laquelle on range habituellement un bon nombre de pratiques du multiple. De manière plus générale, la discussion a montré que cette décennie, qui semble à la fois cristalliser les tensions sociales à travers le monde et être porteuse d’un foisonnement spéculatif dans tous les domaines artistiques, dirigés par la volonté de libération de l’expression et la nécessité d’actualiser l’art au monde contemporain, appelle à un traitement particulier pour la problématique qui nous occupe. Cet approfondissement invite à un prolongement pour les décennies qui suivent, ce qui permettrait d’aborder de front l’enjeu de l’entrée dans l’informatique et d’interroger ce que produit la mécanisation de la littérature par les outils numériques quant à la pensée du multiple3.
  • Enfin, nous retenons également l’usage que fait Cortázar du non-linéaire, pensé comme une prise de position postcoloniale permettant de déconstruire une domination occidentale. Cette idée s’inscrit en amont de la journée d’étude que nous souhaitons organiser à l’université Paris 8 en janvier 2021, portant sur les rapports entre le multiple et l’engagement éthique et politique. Le postulat de Sébastien Wit permet notamment de lutter contre l’idée que toute expérimentation formelle serait par nature coupée d’enjeux éthiques ou politiques.

La prochaine séance du séminaire, organisée par Justine Prince, aurait dû avoir lieu le mercredi 6 mai (reportée pour cause d’épidémie de Covid-19), avec le soutien du Centre Victor Basch : elle portera sur le labyrinthe.

  1. Sébastien Wit est agrégé de Lettres Modernes et a obtenu son doctorat en 2016 à l’Université Paris-Nanterre, sous la direction de William Marx ; il est actuellement chercheur associé au CERCLL de l’Université Picardie-Jules Verne, et poursuit ses recherches au sein du projet ANR ALEA (« Figurations / Configurations artificielles du hasard ») coordonné par Anne Duprat ; enfin, il est également chargé de cours à l’Université de La Rochelle []
  2. Sébastien Wit explore avec précision les caractéristiques et enjeux de cette poétique dans la première partie de son ouvrage []
  3. De ce point de vue, la thèse de Gaëlle Debeaux, Multiplication des récits et stéréométrie littéraire. D’Italo Calvino aux épifictions contemporaines, paraît pouvoir constituer un prolongement temporel des travaux de Sébastien Wit []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.