Introduction de la 2e séance du séminaire “Pratiques du multiple et logiques hétérogènes”

Séance 2 : Esthétique de la dérive, modèle du labyrinthe

AUtrice : Justine Prince

Labyrinthes contemporains et pratiques du multiple

Le labyrinthe semble être l’une des formes privilégiées par les œuvres du multiple et de l’hétérogène. Depuis ses origines mythiques, la figure du labyrinthe se caractérise par le paradoxe de conjuguer l’ivresse de l’égarement à une construction méthodique et rationnelle. L’ingénieux Dédale construit une architecture géométrique complexe qui ne conduit pas à une saisie rationnelle de l’espace mais condamne au contraire son occupant à une errance sans fin. Or depuis le milieu du XXe siècle, la figure du labyrinthe se trouve réinvestie par les artistes qui ne se contentent plus d’en faire le motif de leurs œuvres, mais la prennent comme un modèle de composition. Les labyrinthes contemporains deviendraient le modèle même d’une composition qui multiplie les perspectives parfois hétérogènes, renforçant le paradoxe initial qui consistait à insérer la complexité au sein d’une structure construite et achevée.

Qu’il soit pris au sens propre ou au sens figuré, le terme de labyrinthe renvoie depuis toujours à un enchevêtrement complexe d’éléments, spatiaux (le palais inextricable construit par Dédale) ou intellectuels (le raisonnement compliqué sur l’art royal dans l’Euthydème de Platon). Le labyrinthe est un parcours tortueux dont la complexité inextricable rend l’issue difficile voire impossible. Ce n’est donc pas la simple circonscription d’une enceinte infranchissable qui rend l’issue du labyrinthe délicate – les labyrinthes demeurent le plus souvent ouverts – mais l’enchevêtrement inextricable de ses multiples voies. La mobilisation du terme par Calvino lorsqu’il propose d’identifier la littérature de l’ère post-révolution industrielle à une littérature du « Défi au labyrinthe[1] » en 1962 ne semble donc pas anodine : le multiple se trouve inscrit au cœur même de la définition du labyrinthe, qui pourrait fournir le modèle d’une saisie du multiple au sein d’une forme structurée.

Continuer la lecture de « Introduction de la 2e séance du séminaire “Pratiques du multiple et logiques hétérogènes” »

Compte rendu de la 2e séance du séminaire “Pratiques du multiple et logiques hétérogènes”

Séance 2 : Esthétique de la dérive, modèle du labyrinthe

AUTEURS : KEVIN GOHON, Justine Prince ET GAËLLE DEBEAUX

La deuxième séance du séminaire de recherche associé au programme Pratiques du multiple et logiques hétérogènes a pris comme point de départ la question du labyrinthe, image centrale pour penser le multiple dans la période qui nous intéresse. Justine Prince, co-responsable du séminaire, avait d’ailleurs présenté lors de la journée d’étude du 3 octobre 2019 une communication explorant « quelques œuvres labyrinthiques » : c’est elle qui a pris en charge l’introduction de cette séance de séminaire, en rappelant les enjeux et tensions au cœur de la figure du labyrinthe. Ainsi, elle a rappelé que le labyrinthe se caractérise par un paradoxe, entre ivresse de l’égarement et construction méthodique, permettant l’insertion de la complexité au sein d’une structure achevée : le labyrinthe se donne alors comme une sorte de modélisation des enjeux de la multiplicité.

L’invité de cette deuxième séance, Thierry Davila, est conservateur chargé des publications au MAMCO1. Sa présentation, prenant appui sur la parution récente de Gordon Matta-Clark – Open House, a mis en avant le travail du plasticien américain né en 1943 et décédé en 1978 : Gordon Matta-Clark est un artiste plasticien, architecte de formation, qui met en avant dans son travail l’usure et les déchets, et c’est ce qui le conduira à produire Open House, seule œuvre véritablement labyrinthique de sa production mais semblant synthétiser à elle seule tous les enjeux du geste artistique porté par Gordon Matta-Clark.

Continuer la lecture de « Compte rendu de la 2e séance du séminaire “Pratiques du multiple et logiques hétérogènes” »
  1. Historien de l’art et philosophe de formation, Thierry Davila est conservateur chargé des publications au MAMCO de Genève, pour lequel il a édité de nombreux ouvrages (monographies, livres d’artistes, essais). Spécialiste d’art contemporain, il s’intéresse particulièrement au rôle du déplacement, tant au cœur du processus de création des artistes actuels (Marcher, Créer. Déplacements, flâneries, dérives dans l’art de la fin du XXe siècle, Paris, Éd. du Regard, 2002), que de manière réflexive au sein du monde de l’art (In extremis. Essai sur l’art et ses déterritorialisations depuis 1960, Bruxelles, La Lettre volée, 2009). Il travaille également sur l’infime et les œuvres presque invisibles (De l’inframince. Brève histoire de l’imperceptible de Marcel Duchamp à nos jours, Paris, Éd. du Regard, 2010). []

Compte rendu de la 1e séance du séminaire “Pratiques du multiple et logiques hétérogènes”

Séance 1. Délinéarisation du récit et des discours

Auteurs : Kevin Gohon et Gaëlle Debeaux

Lors de la première séance du séminaire de recherche associé au programme Pratiques du multiple et logiques hétérogènes, l’enjeu de la (dé)linéarité narrative était à l’honneur. Ce dernier était en effet apparu, lors des discussions tout au long de la journée d’étude du 3 octobre dernier, comme un des effets les plus directs d’une mise en œuvre effective du multiple dans les productions littéraires et artistiques.

Cette première séance a été l’occasion pour nous d’inviter Sébastien Wit1, docteur en Littérature Générale et Comparée et auteur d’une thèse sur les Romans du hasard (Italo Calvino, Julio Cortázar, Philip K. Dick, Marc Saporta) récemment parue aux Presses Universitaires de Rennes (2019), afin qu’il partage avec nous les résultats de sa recherche, en creusant notamment les liens entre le hasard et le multiple.

Continuer la lecture de « Compte rendu de la 1e séance du séminaire “Pratiques du multiple et logiques hétérogènes” »
  1. Sébastien Wit est agrégé de Lettres Modernes et a obtenu son doctorat en 2016 à l’Université Paris-Nanterre, sous la direction de William Marx ; il est actuellement chercheur associé au CERCLL de l’Université Picardie-Jules Verne, et poursuit ses recherches au sein du projet ANR ALEA (« Figurations / Configurations artificielles du hasard ») coordonné par Anne Duprat ; enfin, il est également chargé de cours à l’Université de La Rochelle []

Conclusion à la journée d’étude “Logiques hétérogènes et discours multiples dans les pratiques artistiques de la 2e moitié du XXe siècle”

Auteurs : Kevin Gohon & Gaëlle Debeaux

L’ensemble des communications de cette journée, toutes très riches et variées, a conforté certaines hypothèses initiales, mais a également fait émerger avec netteté des pistes d’exploration complémentaires.

Tout d’abord, la somme des interventions a permis d’établir une première caractérisation du multiple, des œuvres du multiple et d’une pensée du multiple, à travers différentes pratiques et différents médias. Sont ressorties en particulier les notions de variété et variation, souvent mises en regard : la multiplicité se traduirait par la création de systèmes non clos, visant à permettre une saisie momentanée du multiple sans le réduire à une fixité trompeuse. Un des enjeux semble alors être celui du classement, et de son impossibilité : à travers ces systèmes ouverts, ces procédés de combinatoire, les œuvres sont alors fondamentalement inachevées – inachevables. On peut encore associer à ces caractéristiques les notions d’épuisement, de prolifération et de potentialité – avec l’idée que les artistes cherchent souvent à traduire, de façon non artificielle, le mouvement de la vie, multiple et divers, chaotique : la multiplicité et l’hétérogénéité sont alors des façons de faire diverger les cadres, d’affaiblir les frontières.

Continuer la lecture de « Conclusion à la journée d’étude “Logiques hétérogènes et discours multiples dans les pratiques artistiques de la 2e moitié du XXe siècle” »

Compte rendu de la journée d’étude “Logiques hétérogènes et discours multiples dans les pratiques artistiques de la 2e moitié du XXe siècle” APRES-MIDI

Auteurs : Kevin Gohon & Gaëlle Debeaux

Kevin Gohon, « Multiplicité, virtualité, réverbération : l’intégration de l’hétérogène dans l’esthétique de Luigi Nono, modèles et enjeux »

A travers sa communication, Kevin Gohon propose de montrer comment Luigi Nono envisage la fonctionnalisation de l’hétérogène dans le processus de création musicale. Il propose d’évaluer ce rapport de la logique de l’œuvre à l’hétérogène à partir de trois configurations esthétiques du multiple : la multiplicité, le principe de virtualité et la poétique de réverbération.

Continuer la lecture de « Compte rendu de la journée d’étude “Logiques hétérogènes et discours multiples dans les pratiques artistiques de la 2e moitié du XXe siècle” APRES-MIDI »

Compte rendu de la journée d’étude “Logiques hétérogènes et discours multiples dans les pratiques artistiques de la 2e moitié du XXe siècle” MATINEE

Auteurs : Kevin Gohon & Gaëlle Debeaux

Justine Prince, « Multiplier le temps, éclater l’espace : les procédés de brouillage des catégories spatio-temporelles dans les œuvres labyrinthiques »

La communication de Justine Prince propose d’interroger les formes d’intrication des dimensions spatiales et temporelles dans des œuvres à caractère labyrinthique à travers l’étude croisée de tableaux de Maria Helena Vieira da Silva (Le Promeneur invisible, 1951, et Bibliothèque, 1949), d’Italo Calvino (Le Château des Destins Croisés, 1969) et de Pierre Henry (Labyrinthe !, 2003). Au cours du XXe siècle, la figure du labyrinthe est devenue une catégorie opératoire de la construction logique dans différents modes d’expression, et non plus seulement un sujet de la composition. Calvino défend ainsi dès 1962 une littérature conçue comme un « défi au labyrinthe », attitude créatrice visant à faire de l’œuvre d’art, de l’œuvre littéraire un moyen de faire face à un monde devenu labyrinthe, c’est-à-dire complexe. Or, l’issue d’un complexe est, à son tour, un complexe et mène potentiellement ainsi à un autre labyrinthe.

Continuer la lecture de « Compte rendu de la journée d’étude “Logiques hétérogènes et discours multiples dans les pratiques artistiques de la 2e moitié du XXe siècle” MATINEE »